Rentrée de septembre 2021

•22 août 2021 • Laisser un commentaire

Bonjour à tous !

Yesss, les cours reprennent :

  • Adultes : le jeudi 2 septembre à 19h30
  • Enfants : le lundi 7 septembre à 18h30

Inscription : Click ici

Cours adultes les lundis et jeudis de 19h30 à 21h

Cours enfants les lundis de 18h30 à 19h30

Les bénéfices de l’activité physique pour la santé

•28 août 2021 • Laisser un commentaire

En association avec les habitudes alimentaires, le niveau habituel d’activité physique est impliqué dans le développement, et donc la prévention, des pathologies chroniques les plus fréquentes.

Aux Etats-Unis, une analyse des facteurs comportementaux associés à la mortalité indique que la combinaison d’une alimentation inadaptée avec l’inactivité physique représentait, en 2000, 17% des décès, soit la deuxième cause de mortalité après le tabagisme.

Chez l’adulte, indépendamment de la corpulence et de l’âge, un faible niveau d’activité physique est associé à une augmentation du risque de mortalité totale, de morbi-mortalité de cause cardio-vasculaire en général et coronarienne en particulier, à une augmentation du risque de diabète de type 2, d’hypertension artérielle, de certains cancers (côlon), ainsi qu’à l’état psychologique (anxiété, dépression).

L’activité physique intervient également dans le contrôle du poids et le maintien de l’autonomie chez la personne âgée.

Les agresseurs ne prennent plus de risque

•27 août 2021 • Laisser un commentaire

L’analyse de la situation est clé, l’action décisive.

Aujourd’hui beaucoup ont compris qu’il était beaucoup plus facile d’agresser à plusieurs. La façon de se défendre est donc profondément différente.

Dès les premières phases du danger, il est fondamental de très vite analyser les paramètres de l’environnement :
– Analyse du Terrain : où sont les issues, les objets que je pourrais utiliser (chaise, cendrier, stylo,..),
– 1ere option : est-il possible de fuir immédiatement (distances, personnes avec moi tel que femme ou enfant, obstacles,..),
– Analyse des Agresseurs : combien d’agresseurs, à quelle distance et sous quel angle se trouve chaque agresseur, qui sont les agresseurs les plus dangereux (bâton, couteau, agressivité,..),
– L’Action : créer ma ligne de défense entre un agresseur et les autres, ne pas m’attarder sur un agresseur mais asséner quelques coups très efficaces en « scannant » mon environnement pour pouvoir rapidement passer à l’agresseur suivant si nécessaire, fuir dès que possible, vérifier si je suis blessé

Quand sommes nous en légitime défense?

•24 août 2021 • Laisser un commentaire

LEGITIME DEFENSE

La légitime défense de la personne s’applique aussi bien aux crimes (meurtre, viol.), aux délits (coups et blessures, séquestration) et aux contraventions (violences légères, injures, menaces.). Le code pénal clarifie les conditions d’applications de la légitime défense :

Art. 122-5. N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.

Art. 122-6. Est présumé avoir agit en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte :

1. Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité

2. Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Explication de texte : L’agression ou attaque doit être injuste, c’est-à-dire illégale pour l’agressé. Elle doit également être actuelle, c’est-à-dire qu’il s’agit de la menace d’un péril imminent et non passé.

La riposte se doit d’être la seule issue (nécessité de la légitime défense) et doit succéder directement après l’attaque. De plus, et c’est la condition la plus importante, Il ne doit pas y avoir une disproportion de la riposte par rapport à l’attaque.

10 points clés en cas d’agression

•23 août 2021 • Laisser un commentaire

1. Evaluer le potentiel de dangerosité.

2. Jauger son environnement : limitation ou non des mouvements, potentiel de fuite.

3. S’évaluer soi-même : condition physique et/ou psychologique.

4. Maîtriser les signes verbaux et non verbaux extérieurs (respirer, ne pas paniquer afin de ne pas communiquer sa peur, parler d’une voix décidée).

5. Tenter de raisonner l’agresseur par la parole, si sa « typologie agresseur » le permet.

6. Rester en alerte : au cas où un coup est donné.

7. Fuir ou désamorcer le conflit par la diplomatie, si possible, et ce même après des coups.

8. En cas de coups, d’abord se protéger afin d’éviter d’être amoindri(e) ou blessé(e).

9. Rester en équilibre, ou le rétablir.

10. Se défendre par tous les moyens en touchant les points sensibles du corps humain. Si votre vie est en jeu, appliquer la règle de la survie : Aucune règle.

La loi de Murphy du combat de rue

•19 août 2021 • Laisser un commentaire

– Tout combat commencé peut être perdu. A force d’en commencer trop, on est sûr de finir par en perdre un.

– Quand tu gagnes un combat de manière totale et écrasante et que tu survis sans le moindre bobo, c’est le signe que la justice ou les médias vont bientôt te tomber dessus (et que ça va te coûter très très cher).

– Si tu vois venir le gars de loin, c’est que c’est pas lui qui est dangereux

– Celui qui place le premier coup solide à la tête gagne le combat, surtout quand c’est toi qui reçois le coup.

– Tout ce qui est derrière toi est dangereux. Si tu recules, tu tombes. Si tu tombes pas, tu te fais planter un couteau dans le dos. Il est très dangereux d’avoir un dos. (Note dans la marge : Toujours bouger de côté ou en avançant.)

– Le plancher est toujours glissant. Sinon c’est parce qu’il est en pente, accidenté, ou plein de bouteilles cassées.

– Le jour où t’as un gars vraiment dangereux devant toi, ça ne veut pas dire que tu n’en a pas un vraiment dangereux derrière toi aussi.

– C’est toujours le jour où tu as la main cassée que le gars sur qui tu l’as cassée revient te voir avec deux de ses amis.

– Si le gars est pas très grand, pas très musclé et pas très courageux, ça veut dire qu’il a un couteau dans sa poche.

– Les coups de pied dans les c*u!lles fonctionnent très bien, sauf le jour où tu as vraiment, vraiment, vraiment besoin qu’ils fonctionne du premier coup.

– On a toujours plus d’amis quand ILS ont besoin d’aide que l’inverse.

– Dans un combat, personne n’est jamais seul très longtemps… sauf toi. (dans la marge : et plus tu te sens seul, plus ça dure longtemps) 😉

par David Manise,

http://www.ceets.org/

Que se passe t-il en nous en cas d’aggression?

•13 août 2021 • Laisser un commentaire

Face à une menace ou agression le cerveau déclenche des réactions afin d’assurer notre sauvegarde par le biais de différentes émotions :

La tristesse : dont la réaction entraîne une attitude de soumission, de baisse de la vitalité. Elle sert à nous soumettre sans trop souffrir, à renoncer.

La peur : dont la réaction provoque un afflux massif de sang dans les membres inférieurs. Elle sert à fuir.

La colère : dont la réaction provoque une montée du sang au visage et vers les mains. Elle sert à nous battre.

Signalons que ces émotions sont amplifiées par notre manière d’être, fruit de notre apprentissage, éducation et contexte social.

La culture judéo-chrétienne a de plus amené une moralité (ne pas tuer, ne pas voler, tendre l’autre joue,…) et des codes sociaux à respecter (respect d’autrui, diplomatie,…).

Aujourd’hui il n’est pas « utile » et « normal » dans nos sociétés développées de devoir recourir à la violence. Nous avons par conséquent « désappris » à nous battre physiquement pour survivre. Ce désapprentissage génère de ce fait un manque d’expérience. En raison de cette situation nous sommes fortement dépendant de la charge émotionnelle liée à l’agression et restons souvent paralysés en pareils cas.

Inévitablement nous entrons dans un contexte dominant/dominé, plus proche du monde animal que de celui de l’être humain. Dans ce contexte, c’est souvent celui ou celle qui paraît le ou la plus fort(e) qui domine car un agresseur se focalise souvent sur la personne qui semble être la plus faible afin d’obtenir ce qu’il souhaite. Que ce soit pour affirmer un sentiment de puissance ou simplement pour lui prendre son argent ou pour obtenir des faveurs d’ordre sexuel.

Ce que dit Platon sur l’autorité..

•13 août 2021 • Laisser un commentaire

Lorsque les pères s’habituent à laisser les enfants,

Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles,

Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter,

Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus au-dessu d’eux l’autorité de rien et de personne,

Alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse,

Le début de la tyrannie.

Platon

Les 3 types d’agressions possibles

•6 août 2021 • Laisser un commentaire

1. Contraventions : injures, menaces.

Menace / agression verbale : Affirme l’orgueil. Souvent la « confrontation » reste verbale et sans suite. Les protagonistes sont souvent éloignés à plus de deux mètres.

Menace / agression comportementale : Le ou les agresseurs s’agitent, s’approchent de la victime à environ un mètre avec un comportement nerveux ou violent.

2. Délits : coups et blessures, séquestration, vol, violences légères,…

Agression physique légère & moyennes : Le ou les agresseurs veulent impressionner la victime en l’empoignant et/ou donnant des coups légers (de tête, de poing, de pieds, de bâton, de batte,…) ayant plus pour but d’impressionner que de faire mal.

3. Crimes : meurtre, viol, violences graves, homicide volontaire,…

Agression physique lourde : Le ou les agresseurs donnent des coups (avec ou sans armes) ayant pour but de contraindre la victime, de la blesser, de la tuer.

Pourquoi faire du Krav Maga?

•30 juillet 2021 • Laisser un commentaire
Nous entendons chaque jour… violences, agressions, meurtres, etc… Les gens ont peur : Peur de se faire attaquer, de se faire voler, d’être… simplement ! Avec la mort de ce superviseur de la STIB, nous allons encore plus loin, aujourd’hui, on risque de mourir à cause d’un accident, d’une parole, d’un regard. Je n’ai pas la solution et j’intègre dans mon quotidien que l’homme peut être capable… de la pire barbarie. Je pense qu’il y a des axes sur lesquels, on doit travailler:
1/ Une vraie justice où les peines sont vraiment dissuasives.
2/ Une police, entraînée et en nombre, avec la priorité d’être en rue.
3/ Une population solidaire et apte à réagir en cas d’incivilité.
À notre niveau, on ne peut agir que sur le point 3.
Demandons-nous si, moi-même ou un de mes proches se fait agresser, est-ce que je pourrais préserver les miens ou moi-même ? Est-ce que je me promène en étant serein ?
Si les réponses à ces questions sont négatives et que vous voulez changer cela, n’hésitez pas, faite du Krav Maga et en 6 mois, vous ne serez plus le même !
 
%d blogueurs aiment cette page :